Vous êtes ici

Si je veux être une entrepreneure culturelle efficace (1)

Le 7 juin 2017 je postulais auprès de Arterial Network afin de prendre part à une formation sur la gestion des projets artistiques et culturels à Abidjan. L'appel à candidatures était ouvert aux ressortissants des pays de la sous-région, ayant une implication dans le domaine des Arts et de la Culture, et développant un projet à mettre en œuvre dans le même cadre. Le 7 juillet, un mail m'informait que j'étais retenue. 

Sur plus de 120 candidatures, nous étions une douzaine de participants originaires de la Côte d'Ivoire, du Togo, du Mali, du Burkina, et du Sénégal, présents le 10 juillet dans salle de conférence de l'INSAAC (Institut national supérieur des Arts et de l'action culturelle) à Abidjan. Je me sentais honorée et toute excitée à l'idée d'élargir mon horizon et renforcer mes aptitudes en matière de gestion culturelle. En effet, depuis début 2017, je travaille sur le lancement de CULTURICHE. Si la plateforme est quasi prête, je reconnais que nous ne sommes pas aussi prêts qu'il le faut. Culturiche.com n'est en effet qu'un produit phare d'une vraie entreprise culturelle que je veux lancer de façon formelle. Nous avons de "grandes et belles" idées, du contenu déjà ficelé, une petite équipe et des prestataires... Mais j'ai peur.

J'ai vraiment peur certaines nuits où je pense au lancement officiel de la machine, à sa viabilité aussi. Je ne dirai pas dans les détails ce que ce projet contient aujourd'hui. Mais une chose est certaine, je veux être entrepreneure culturelle. L'Art et la Culture me passionnent, leur promotion à travers un média davantage, et c'est une niche encore très peu exploitée dans mon pays. 

Cependant je ne sais pas comment m'y prendre à la suite de quelques échecs de 2012 à 2017, période pendant laquelle j'ai aussi connu des succès. Il y a des lacunes qui demeurent. Tout entrepreneur culturel qui me lit connait ou a dû les connaître. La constitution d'une équipe dynamique, le management de cette équipe, la mobilisation du public autour d'une industrie qui ne passionne pas d'emblée, le financement, l'auto-suffisance...

J'ai vite compris et je me suis dit : "Si je veux être une entrepreneure culturelle efficace, je dois me former un minimum. La passion et l'énergie ne suffiront pas".

Par formation, j'entends en dehors de la lecture et des échanges avec les devanciers, des ateliers, des cours, des sessions pratiques. Avec Arterial Network, nous avons eu trois formateurs et trois entrepreneurs culturels aguerris qui ont rendu particulièrement lisibles les problèmatiques suivantes : Le management et le financement de projets culturels.

Je vous parlerai surtout des interventions des trois entrepreneurs et ce qui m'a marquée. L'idée n'est pas de déverser tout ce qui a été dit, mais d'en faire le résumé selon mon expérience et mes attentes.

En attendant je vous invite à découvrir ARTERIAL NETWORK. Si vous êtes particulièrement actif dans le domaine culturel, ce réseau peut vous être utile, et vous pouvez lui être utile. Cliquez ICI.

Restez connectés pour la suite. Je vous parlerai même de quelques participants et de leur dynamisme. ;)

 

Normal

Tweets

« Noire comme le séjour des morts » On dirait presque du Baudelaire qui évoquerait son amante, la troublante Jeanne… https://t.co/L5PkZ4VCfk
Orphelie (19 minutes ago)
RT @AbidjanLit: Etre une femme qui écrit. Et qui va aux toilettes. Débats furieusement attendus ce vendredi 18 octobre pour le 9e chapitre…
Orphelie (1 hour ago)
Aujourd’hui je vais découvrir le VITIB Bassam. Depuiiiis là !
Orphelie (2 hours ago)
@GWanief @CallMeSamTracy Mais arrête 😂😂😂
Orphelie (2 hours ago)
RT @CallMeSamTracy: @OrphelieThalmas Je ne suis donc pas seule 🎉🎉. Je suis dans le fameux mood où je ne suis plus dans les longs débats. Ça…
Orphelie (10 hours ago)