Vous êtes ici

Noucy Boss : Entre insolite et originalité

 

Entre insolite et originalité, mon cœur balance. Une chose est certaine, Noucy Boss nous offre là quelque chose d'atypique. Le 7 avril 2017, il dévoile le clip du titre "Tu as zayé". En nouchi, langue des rues abidjanaises, "Tu as zayé" signifie "Tu as déconné". 

L'histoire que relate l'artiste est un classique : Une jeune femme qui dédaigne les sentiments de son amoureux parce qu'il est pauvre. J'ai écouté, j'ai regardé, et j'ai eu envie de partager avec vous mon sentiment.

C'est du slam. Dans l'environnement musical ivoirien, c'est insolite. Même si se glisse entre les phrases quelques notes de guitare, elles sont très discrètes donnant la priorité au texte. Mais cette petite musique a le mérite de faciliter l'écoute à un non initié qui découvrirait le genre pour la première fois. Parlant du texte, il est simple sans aucune prétention. Quelques rimes, des jeux de mots, du nouchi pour agrémenter un message qui se veut clair, le slameur s'adresse directement à cette fille qui l'a déçu et lui apprend qu'il va de l'avant. 

C'est le langage de Noucy Boss qui fait l'originalité du single. Un vrai style Nzassa - entendez Patchwork ou mosaïque- qui le fait passer tantôt pour un poète, tantôt pour un ziguehi*. Et si Noucy slame, il chante aussi sur "Tu as zayé", et très bien. Au fur et à mesure qu'évolue la chanson, il passe du stade de romantique abêti et désespéré à celui de l'homme blessé et endurci. Cependant, j'avoue que j'ai trouvé que le texte aurait pu être moins simple. Je ne doute que c'est un choix de Noucy, étant donné que je l'ai déjà vu slamé des textes plus corsés sur scène, mais ça aurait été pas mal. Concernant la diction, je suis aussi un peu resté sur ma faim, voulant parfois ressentir davantage l'intensité de certaines émotions relatées (tristesse, rage, déception, rédemption...)

Mention spéciale : Le clip

Sinatra Jr a vraiment respecté l'histoire dans la réalisation de la vidéo. Le story telling est au point. Les images sont belles, Noucy et sa colistière font des acteurs crédibles rendant honneur à la mise en scène. Aussi la lumière, les couleurs rendent le visionnage particulièrement agréable.

 

*Ziguehi : Loubard, homme de la rue

 

Normal

Tweets

« Noire comme le séjour des morts » On dirait presque du Baudelaire qui évoquerait son amante, la troublante Jeanne… https://t.co/L5PkZ4VCfk
Orphelie (19 minutes ago)
RT @AbidjanLit: Etre une femme qui écrit. Et qui va aux toilettes. Débats furieusement attendus ce vendredi 18 octobre pour le 9e chapitre…
Orphelie (1 hour ago)
Aujourd’hui je vais découvrir le VITIB Bassam. Depuiiiis là !
Orphelie (2 hours ago)
@GWanief @CallMeSamTracy Mais arrête 😂😂😂
Orphelie (2 hours ago)
RT @CallMeSamTracy: @OrphelieThalmas Je ne suis donc pas seule 🎉🎉. Je suis dans le fameux mood où je ne suis plus dans les longs débats. Ça…
Orphelie (10 hours ago)