Vous êtes ici

Jeux de la Francophonie : Un après-midi au village des jeux

A l'occasion des Jeux de la Francophonie, Abidjan reçoit près de 4000 participants venus de 84 pays. En hôte avisé, la ville s'est dotée d'un beau village dans l'enceinte de l'Institut national de la jeunesse et du sport (INJS) à Marcory. Plusieurs mois auparavant, les cités universitaires avaient été annoncées comme devant abriter les sportifs et artistes, avant que le plan ne soit "déjoué" par la volonté des étudiants qui y voyaient - à bon droit - une injustice. Il aurait en effet fallu les déloger le temps des compétitions. L'alternative trouvée au final ravit toutes les parties. Le village des jeux reçoit à l'unanimité l'admiration de tous ceux qui l'auront visité. 

33 bâtiments pour 2000 chambres doubles dont 100 destinées aux personnes à mobilité réduite, c'est en chiffres ce que représente le village. J'y étais le dimanche 23 juillet pour apprécié l'envergure et l'adéquation des installations avec le nombre d'invités. Sur une superficie de 3 hectares, sont aménagés les salles de répétition, les logements, les terrains de sport, un espace de restauration en bordure de lagune, une supérette, un petit marché artisanal, un centre de santé et l'administration. J'ai probablement manqué certaines choses tant le village est immense. 

A l'intérieur, on se croirait dans un quartier où les riverains se côtoient et vaquent paisiblement à leurs activités. A l'extérieur, juste à côté, une gare de bus déplacent les différentes délégations d'athlètes, d'artistes, de journalistes , et de bénévoles. L'accès est interdit au grand public, l'endroit étant avant destiné au repos et à la préparation des participants. Les spectacles qui s'y déroulent, les services y proposés, a pour premiers destinataires ces participants et éventuellement les autorités en visite dans le village. Pour ceux qui ne comprenaient pas pourquoi l'accès au village des jeux était limité, j'espère que ce point pourra vous éclairer. Il faut être muni d'un badge ou d'une invitation expresse pour passer l'entrée.

En me baladant, j'ai eu des envies d'être une participante, histoire de rester quelques jours ici. On aurait dit un camp international de vacances ! J'ai rencontré Sidney Karams, biblothécaire, qui faisait le tour du village avec sa moto adaptée (Fini les béquilles). J'ai aussi reconnu un viel ami du collège qui est maintenant dans l'armée. Journalistes, mannequins, une amie dans la com', stylistes... Ce sont des visages que j'ai pris plaisir à revoir.

Au village, des délégations reviennent tantôt épuisées, tantôt dans une vague de joie après avoir remporté une médaille.  Ici ça fait des tours de terrain, là bas ça court en salle de répétitions une guitare au dos, quelques un s'approchent du podium en installation pour un défilé de mode pour "faire connaissance" avec les mannequins... autant de scènes ordinaires dans un cadre coloré et agréable qui, je l'espère, emportera jusqu'au 30 juillet la validation des participants internationaux.

Je suis repartie enchantée et un peu enrhumée à force de prendre en plein visage les insecticides distillées à forte dose dans le village... Question de santé !

 

Normal

Laisser un commentaire


CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
3 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.