Vous êtes ici

Bamako express !

Ça a été rapide, très rapide.

INVITATION SURPRISE

Il est 17H30 ce vendredi 28 juillet quand je reçois l’invitation : Prendre part au vol inaugural du nouvel avion Airbus A320 de la compagnie aérienne Air Côte d’Ivoire. Bien qu’un peu essorée avec les jeux de la Francophonie, je refuse à renoncer à l’occasion. « Ok, je viens ! »

Destination Bamako, la capitale du Mali, pays limitrophe situé au Nord de la Côte d’ivoire.

Il est 9H30 le samedi 29 juillet quand j'arrive à l’aéroport Félix Houphouët Boigny à Abidjan. L’enregistrement est prévu pour débuter à 10H30. Je prends de l’avance parce que je veux m’assurer qu’effectivement en quelques heures, il a été décidé que je partais pour Bamako.

Deux agents se chargent gentiment de mon billet. Quand c'est fait, direction l’enregistrement puis l’embarquement. Tout se passe avec une telle simplicité…

Avec d’autres invités – pour la plupart, des représentants d’agences de voyage et le personnel de Air Côte d’Ivoire – nous prenons place dans l’avion tout neuf. Il est question de le tester et d’en apprécier les innovations. Mais très sincèrement, je suis davantage enchantée à l’idée de visiter Bamako pour la première fois.

Siège confortable, wifi à bord, menu complet, possibilité de passer et de recevoir des appels en plein vol, OK j’ai fait le tour. Je valide. Je crois même que je me suis endormie 10 minutes, ce qui est assez rare quand je voyage (En plus le trajet ne dure qu'une heure 15 minutes).

Je ne profite cependant pas de la connexion internet… Elle est encore difficile à capter pour certains téléphones et en fonction de zone plus ou moins couvertes. Je pense aussi que ce service serait plus approprié sur des vols de longue durée. En effet, entre le repas à finir, les fiches d'embarquement à remplir, le fait d'attendre d'être à 10.000 pieds pour rallumer nos smartphone, il nous restait peu de temps pour laisser internet s'installer. Si cette connexion est payante (car elle est payante), l'option ne devrait être réservée qu'aux vols de 2 heures minimum. Autant en profiter quoi...

SURPRISE A L’ARRIVEE

Je découvre les nouvelles installations de l’aéroport de Bamako. Sincèrement je ne m’y attendais. D’ailleurs je n’étais pas la seule à être égréablement surprise. J’avais récemment vu passer sur internet des images de l’ancien aéroport, puis du nouveau sans vraiment percevoir l’ampleur de la chose… L’aéroport international Président Modibo Kéïta-Senou est majestueux. Il y a quelque chose de rustique dans le bâtiment.

Son architecture est originale et élégante, ses couleurs ocre et terre captent. Elles rappellent le paysage malien tel qu'on le concoît dans la perception commune. Mais cee fameux paysage s’est avéré assez vert au final. D’ailleurs le Directeur général de Air Côte d’Ivoire, René Decurey, n’a pas manqué de le relever lors de la présentation du nouvel avion A320. Question de saison certainement !

En compagnie de Cathy et Serge. Crédit photo : Aka Ahouré  Serge

DE L’ARRIVEE AU RETOUR : TOURISME EXPRESS

Nous prenons très vite le car pour l’hôtel Radisson Blu. La cérémonie de présentation s’y tiendra. Juste après, on rentre à Abidjan… aussi facilement ! C’est une vraie course contre la montre.

Les deux convois qui nous transportent sont guidés par un motard. Je ne vais pas faire du tourisme aujourd’hui. Je le comprends quand nous dépassons en flèche les monuments. Il faut être sur le qui-vive pour réussir à faire des photos. Et même quand j’y arrive, elles sont généralement, soit floues, soit mal cadrées. Parfois j’arrête d’insister pour juste contempler. Sur le chemin , nous découvrons un peu de Bamako.

Le pont des martyrs interpellent la plupart des passagers. Il longe le fleuve Niger et relie l’aéroport au centre-ville. J’ai davantage été admirative quand nous sommes passées devant la place de Sogolon où trône une sculpture représentant un buffle costaud. C’est un bel hommage à l’histoire (sinon la légende) malienne car en effet Sogolon est la mère du célèbre Soundjata Kéïta, souverain-fondateur de l’Empire du Mali. Ce monument est aussi l’occasion de promouvoir la femme malienne à travers la fresque qui l'entoure.

La cité administrative

Le ciel du Bamako est d'un beau bleu et l'air est frais. C'est probablement dû au fait que la ville ne souffre pas d'une hyper urbanisation. La circulation est bonne et les motos font une grande part du flux routier. Le quartier Hamdalaye est à Bamako, ce que la commune du Plateau est à Abidjan. C'est un des passagers qui nous l'a dit. Il a plusieurs fois été au Mali. A Hamdalaye, il y a des buildings à l'architecture moderne européenne, et ce sont généralement les sièges de banques et autres institutions. Mais c'est la cité administrative qui nous a, pour la plupart, tapé dans l'oeil. Je suis tentée de penser à une architecture soudanaise, du type des construtions de la ville de Tombouctou. C'est très typé.

Le pont des Martyrs

La cérémonie au Radisson Blu se déroule sans fioritures. Présentation brève et concise, séance de questions – réponses, cocktail garni, networking et "hop hop hop" il faut repartir maintenant !

Sur le vol retour, on me met en business class. C’est un test 360° que je ne boude absolument pas. Je regarde quelques minutes d’une série, avant de me laisser séduire par le film français « Radin ». Je n’ai pas pu le terminer malheureusement. Nous n’avons pas duré le temps qu’il fallait dans les airs. C’est qu’on ne voit pas le temps passé avec tous ces passe-temps…

Pour me consoler d’avoir été aguichée sans être comblée, je me suis offert une gourmette en bronze, vendue par Ibrahim le vendeur d’objet artisanat installé, dans le hall du Radisson. Bamako, je t'ai goûtée, tu m'as plue. je reviendrai.

Normal

1 Comments - Bamako express !

Franceska (non vérifié) July 30, 2017

Répondre
bel article

Pages

Laisser un commentaire


CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
2 + 2 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Tweets

RT @Mimsoou: J’suis la seule à être « anti-médocs » ? Genre quand je suis malade, j’attends que je me retablisse moi même. J’ai un mal de c…
Orphelie (Yesterday)
RT @culturiche: Jean-Baptiste Djeka, costume au pouvoir ou pouvoir au costume. #Culturiche #CIV225 #Art #AfricanArt https://t.co/cgmVmVeotA
Orphelie (Yesterday)
RT @culturiche: La photographe AIDA MULUNEH expose en ce moment à la @FondDonwahi #Culturiche https://t.co/bzk4AuehhD
Orphelie (Yesterday)
@Ssaint_Antoine @Taisha1201 Le gouvernement ivoirien. L’argent devrait servir à une scolarisation de qualité.
Orphelie (Yesterday)
😂😂😂😂 https://t.co/mNIQhfiOQf
Orphelie (Yesterday)