Vous êtes ici

African Digital Week : L'inclusion financière à travers le digital

 

L’inclusion du développement économique et social grâce au digital

Il est clair que le développement de notre continent ne passera pas par une bonne approche des TIC. La connectivité de tous est d’ailleurs, elle seule, un objectif du développement dural. L’avènement du numérique et des transformations qu’il induit, constitue un des grands défis contemporains. Raison pour laquelle depuis quelques années, on assiste à une digitalisation des services sociaux et économiques. Néanmoins, Toute ces réflexions doivent prendre en compte le climat économique et social du continent africain et doit s’accompagner d’actions fortes pour que ces technologies puissent nous servir au quotidien. Et ces avancés doivent se sentir dans tous les secteurs d’activités. Raison pour laquelle M. Antoine N’Gol, Président d’optique Sénégal, admet à l’occasion de l’African digital Week que « le modèle africain de transformation digitale doit s’appuyer sur une vision de partage : Le numérique pour tous et pour tous les usages. » Car pour lui, toutes les couches sociales doivent être impliquer dans cette dynamique.

En effet, L’Afrique essaie tant bien que mal d’adapter son modèle économique au rythme de l’évolution du numérique. Le mobile money par exemple, a pris une place importance dans le processus d’inclusion économique et financière. En effet, cet e-service a permis, aujourd’hui d’accroitre le taux de bancarisation en Côte d’Ivoire plus précisément. Beaucoup d’entrepreneurs utilisent ces services pour faciliter le mode leur de paiement. Mais comment ces efforts sont-ils encouragés ?

Mais aujourd’hui, nous assistons dans notre pays à une vague de taxation qui touche différents secteurs même le digital. L’état vient d’adopter une taxe sur les différentes opérations de mobile money. Quand on sait que ce sont les acteurs du secteur informel qu’utilisent plus ce service. Ces travailleurs seront les plus touchés par les taxes 0,5 % que le gouvernement vient de mettre en place. Que dire du désagrément que vivent les entrepreneurs digitaux avec la blacklist des cartes visa en Côte d’Ivoire. Toutes ces réformes montrent que les décideurs ne prennent pas en compte les réalités sociales des utilisateurs.

Chez MTN Côte d’Ivoire, on reconnait que le mobile money a permis de tripler la bancarisation. Ces précédents soubresauts n’inquiètent guère ces dirigeants qui comptent travailler pour adoucir ces différentes préoccupations. D’ailleurs, M. Etienne Ardon, Responsable du service mobile money se veut rassurant en précisant que MTN a pris des dispositions notables pour que ces taxes n’affaiblissent pas les différentes actions menées pour faciliter la vie des abonnés.

De toutes les façons, il faut reconnaitre que pour optimiser l’impact des actions technologiques sur les cibles, il faut que les utilisateurs soient mis au centre des décisions. L’idéal serait de ne mettre un accent sur l’homme plutôt que sur la technologie. En accompagnant les populations par la formation, la sensibilisation et surtout en facilitant les efforts des citoyens par des sacrifices. L’homme est mieux que tout.

David Dolégbé

Normal

Laisser un commentaire


CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
1 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.