Vous êtes ici

African Digital Week : Et si le retard de l'Afrique était en fait un avantage ?

Du 17 au 19 janvier, se tient la première édition de African Digital Week, un festival consacré  aux réflexions autour du numérique en Afrique. Le thème cette année est : Quels modèles de transformation digitale pour réussir le développement économique et social de l'Afrique ?

Invitée par MTN Côte d'Ivoire, sponsor du rendez-vous, mon correspondant et moi même effectuons une immersion dans un programme de pannels, conférences, ateliers et rencontres BtoB.

Pour ma part, à la lecture du calendrier et des thèmes à l'ordre des différentes journées, j'ai conclu que nous aurons affaire à des approches très techniques et institutionnelles. Ce qui demeure important quoique très formel. Je vous laisse le programme ICI. Il souligne que tout entrepreneur dans le digital devrait prendre part à l'African Digital Week. 

David Dolégbé, mon collaborateur sur le festival a prit part à la première journée. Il a assisté à quatre pannels. Après avoir écouté, décideurs et entrepreneurs, voici sa réflexion sur le positionnement de l'Afrique vis à vis du Digital :

"A quelque chose malheur est bon. Il ne faut pas apprécier tout ce qui nous arrive d’un point de vue seulement négatif.

Il y a 25 ans de cela la nécessité d’être connecté s’est imposé au monde entier. Mais le continent Africain a accusé un retard vis-à-vis des pays occidentaux qui sont à 80% d’utilisateurs, alors qu’elle est à 30%.

Cependant quand on parle de retard, j’imagine que celui-ci s'observe en fonction du temps et de l’espace dans lequel l’on se situe. L’Afrique n’est donc pas – pour ma part - en retard sur des pays qui ont mené des actions dynamiques depuis des années dans des conditions qui ont favorisé leur progression. Je dirai plutôt que l’Afrique est en retard par rapport à son propre agenda.

Sinon est ce qu’on peut faire la course avec des pays qui ont commencé leurs actions numériques bien avant nous.

D’ailleurs, ce retard peut constituer pour nous un avantage. Vu les nombreuses conséquences que la numérisation a engendré dans les pays occidentaux. C’est donc une opportunité pour l’Afrique d’être en retard. Cela nous permet de prendre conscience des désagréments et inconvénients que les autres pays vivent en occurrence la Corée du Sud qui vit une suite de donnée numérique. Et ce, pour que ces expériences nous emmènent à réfléchir et choisir un programme de développement numérique adapté à nos réalités et tiré des situations désagréables que nous observons ailleurs.

Raison pour laquelle M. Cissé kan Président de l’organisation panafricaine Ac6 – une organisation qui milite pour une digitalisation avancée de L’Afrique présente ce tableau comme un atout. Bien qu’il ne soit pas d’accord que ce retard profite au continent. Pour lui, « Il y a encore des pays en Afrique qui sont à 3 et 8% d’utilisateurs à internet. Mais 3% de connectivité, c’est 97% d’opportunités. »

Et pour cela, il pense que l’utilisation d’internet doit aller au-delà du mobile car le mobile pour est une faux fuyant des entreprises qui s’enrichissent alors qu’il existe d’autres défis numériques plus important. A savoir : la formation en mettant un accent sur l’entreprenariat et la sensibilisation pour une utilisation citoyenne des usages numériques."              

David Dolégbé, correspondant

Normal

Laisser un commentaire


CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
8 + 3 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.